Le 31 janvier 2020 au soir, le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union européenne.
Mais ce n’était en réalité que le début d’une période de transition devant permettre des
négociations sur la relation future entre Londres et les 27. Obtenu in extremis mi-janvier
après plusieurs rejets par le Parlement britannique, l’accord de sortie permettait d’ouvrir
cette nouvelle phase de négociations alors que sans accord (no-deal), le pays aurait
quitté l’Union sans que les modalités de cette relation future n’aient pu être établies.
Presque neuf mois plus tard – et à quelques semaines de la fin de cette période -, les
négociations patinent et le Premier ministre britannique, ayant toujours affiché son
inclinaison en faveur d’un no-deal, adopte à nouveau un ton menaçant. Ressurgit alors
une question à laquelle on pensait avoir définitivement répondu : un no-deal est-il encore
possible ?

You May Also Like