La célérité avec laquelle les États membres de l’UA ont ratifié l’accord de libreéchange
entre l’Afrique et les États-Unis est certainement à saluer. C’est une chose
dont il faut prendre note et qui suscite l’enthousiasme pour de nombreuses raisons,
notamment parce qu’elle donne un aperçu de la détermination, de l’engagement et de la volonté des États membres de passer à une prochaine étape clé, à savoir
la mise en oeuvre et l’obtention de résultats. Bien que la décision relative à l’accord de libre-échange continental africain (AfCFTA) définisse également les principales
phases de mise en oeuvre, avec des étapes importantes définies et convenues, il est bien entendu que les États membres – individuellement et collectivement – prendront
des décisions cruciales sur des questions extrêmement complexes. Ces décisions, ainsi que la forme et la qualité des décisions, auront un impact direct sur la rapidité et la
qualité de la mise en oeuvre de l’accord de libre-échange du continent africain AfCFTA qui apporte des résultats transformateurs ayant des impacts mesurables sur les
moyens de subsistance des populations locales. L’essence et la valeur de la zone de libre-échange AfCFTA résident dans la mesure où celle-ci contribuera à créer des emplois
et à favoriser une richesse nationale durable, construisant ainsi une société inclusive telle que décrite dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

You May Also Like