Les provinces du sud ont réintégré tour à tour l’espace national
marocain : en 1956, Guelmim et Tata, en 1958, Tan Tan et
Tarfaya, Es-Smara et la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia-el-Hamra,
en 1975, dans le sillage de la Marche verte, et celle d’Oued-ed-
Dahab – Lagouira, en 1979. Passées de neuf à dix depuis 2009, avec
la création de la province de Tarfaya, ces provinces forment trois des
seize régions administratives du Royaume et 58% de sa superficie. Elles
sont constituées à 80% des terres du Sahara libéré de la colonisation
espagnole. Cette libération a consolidé des moments essentiels de la
conscience nationale contemporaine des Marocains, en raison de la
profondeur des liens historiques multiformes, et de l’apport essentiel,
y compris politique et spirituel, de ces régions à la construction et la
vitalité de l’identité nationale.

You May Also Like