En moyenne 72% des effectifs sont au chômage partiel dans les entreprises ayant recours à ce dispositif, ce qui correspond à 52% de l’effectif salarié total de la sphère marchande hors agriculture. Seulement 12% des salariés travaillent comme d’habitude, car si plus d’un sur deux est au chômage partiel, presque un tiers est en télétravail. Les absences liées à la garde d’enfants (4%) et plus encore les arrêts maladie imputables au COVID-19 et les licenciements sont marginaux (moins de 1%). Les dirigeants d’entreprise considérant être d’ores et déjà confrontés à des difficultés de trésorerie sont très peu nombreux (5%). En revanche près de 60% anticipent des difficultés financières avant la fin de l’année. Plus d’une entreprise sur deux constate un allongement des délais de paiement de ses clients. Ce taux atteint 66% dans l’industrie-construction, mais n’est en revanche que de 38% dans le secteur de l’information-communication-services-financiers et immobiliers. Le climat social de leur entreprise est jugé favorablement par les dirigeants quels que soient les secteurs d’activité. En moyenne, une entreprise sur cinq considère rencontrer des difficultés à mobiliser ses salariés sur site, sans distinction significative selon les secteurs d’activité. La mobilisation des salariés en télétravail semble plus aisée, puisqu’elle ne pose problème que pour 12% des entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *