Une surmortalité importante constatée chez les hommes d’origine nord-africaine
Alors que la probabilité estimée de décès entre 18 et 65 ans s’élève à 162 pour 1 000 pour les hommes de la population de référence, elle est 1,7 fois plus élevée pour les hommes nés en France de deux parents immigrés d’Afrique du Nord (276 pour 1 000). Elle est en revanche plus faible pour ceux de la deuxième génération d’origine sud-européenne (106 pour 1 000), ainsi que pour les hommes immigrés de première génération toutes origines confondues. La surmortalité observée pour les hommes de deuxième génération d’origine nord-africaine demeure importante après ajustement en fonction du niveau d’instruction.
Les résultats concernant les femmes ne relèvent pas de différences statistiquement significatives par rapport à la population de référence sauf pour les femmes immigrées de première génération d’origine sud-européenne qui bénéficient d’un avantage en matière de mortalité similaire à celui des hommes.

La faible mortalité observée pour la première génération s’explique en partie par les effets de sélection de la migration (effet « immigré en bonne santé »), phénomène bien connu dans les études sur le sujet.
Les raisons de la surmortalité chez les hommes d’origine maghrébine de deuxième génération sont plus difficiles à identifier en raison du manque de données notamment sur les comportements liés à la santé et les causes de décès. En ce qui concerne les facteurs tels que le statut socio-économique, les résultats suggèrent que cette surmortalité ne s’explique pas simplement par les différences de niveau d’éducation, mais par un vaste ensemble de désavantages, notamment sur le marché du travail et sur le niveau des revenus. Des études ont montré que la perception de la discrimination sur le marché du travail est plus répandue dans la deuxième génération que dans la première génération d’immigrés de même origine, ce qui peut avoir un impact négatif sur la santé.

You May Also Like