Au Maroc, comme ailleurs, le monde du travail est bouleversé par la pandémie du Covid-19. Leconfinement prolongé, la distanciation sociale et la continuité d’activité dans les « secteurs essentiels » modifient les pratiques de plusieurs professions. Les travaux du sociologue américain Everett Hughes nous invitent à comprendre les effets de la crise sur les professions par l’analyse des interactions sociales au travail et des représentations subjectives qui y sont associées. Dans son analyse de la division morale du travail, il montre qu’il existe, à l’intérieur de chaque métier ou fonction, des activités gratifiantes et prestigieuses, et d’autres considérées comme souillées et dégradantes. Celles-ci sont qualifiées de « sale boulot » (dirty work). Ceux qui effectuent ce type de tâches adoptent des stratégies de dissimulation afin de maintenir une image de soi positive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like