En 2019, une autre question territoriale a secoué la France. La France dite
« périphérique » s’est rebellée contre le pouvoir central et parisien, hurlant son
désespoir et sa rancoeur d’être maltraitée, laissée aux marges du développement
économique et à l’abandon sur le plan politique. Dans le même temps, ce
qu’il est convenu d’appeler « les banlieues » sont restées silencieuses. Aucun
mouvement commun, aucune revendication, aucune solidarité avec la « France
des Gilets jaunes » qui pourtant invoquait des problèmes bien connus des habitants
des quartiers populaires.
En 2020, la Seine-Saint-Denis et avec elle les habitants des quartiers populaires
des métropoles touchées par le Covid-19, lors de la première vague du printemps
2020, ont payé un lourd tribut à l’épidémie : surmortalité exceptionnelle
(la plus importante de France) ; établissements de soins pas assez nombreux ;
co-morbidité importante de populations pauvres souffrant plus que les autres
de pathologies dangereuses (obésité, diabète).

You May Also Like