Amener le système énergétique européen à la neutralité carbone d’ici 2050 nécessite d’y apporter des transformations considérables, notamment en procédant à une forte réduction de la consommation de gaz naturel. Cette évolution pourrait exiger des changements très significatifs des infrastructures gazières actuelles et ainsi de compromettre le rapport coût-efficacité des investissements dans les infrastructures gazières, constituant des actifs échoués. Cette Étude vise à identifier les principaux défis liés aux impacts de l’objectif de la neutralité carbone sur le système gazier. Elle examine la manière dont le rôle du gaz est présenté dans les scénarios de décarbonation profonde existants, puis elle identifie les conséquences potentielles sur le réseau de gaz. Elle se concentre sur les cas de la France et de l’Allemagne.
Notre analyse indique que les infrastructures gazières pourraient être considérablement affectées par la neutralité carbone. Les déterminants clés pour les besoins en infrastructures gazières sont le volume de la demande en chaleur, le rôle du gaz dans les transports, l’interaction entre gaz et électricité et le degré de substitution du gaz naturel par du gaz bas-carbone. Il est très probable que des adaptations techniques doivent être apportées au réseau existant pour qu’il permette le transport du biométhane et de l’hydrogène, tandis que la redéfinition de la demande au niveau spatial pourrait nécessiter un rééquilibrage
géographique du réseau de distribution. Pour optimiser les coûts du système et garantir l’atteinte de la neutralité carbone, la planification intégrée des infrastructures au niveau multi-énergies à l’échelle nationale et européenne, est primordiale.

You May Also Like