Le Maroc fait preuve d’exception au sein d’une région tourmentée par l’instabilité politique et par une situation économique très dégradée. Le royaume fait face à des problématiques sociales complexes mais il a su faire le choix d’une économie de marché ouverte sur la concurrence internationale, avec des diagnostics et des stratégies sectorielles claires.
Il existe une volonté politique de moderniser le pays, mais la croissance reste limitée,
l’industrialisation faible et le secteur privé peu dynamique. Les performances de l’économie sont plombées par une main d’oeuvre peu qualifiée et une inadéquation avec le marché du travail. La faible création d’emplois est insuffisante pour absorber la croissance de la population en âge de travailler.
Quant à l’entreprise privée, prise en tenaille entre une culture entrepreneuriale faible et un
environnement des affaires défavorable, celle-ci a du mal à prospérer. Malgré les progrès réalisés par le Maroc dans le classement Doing Business, des points bien spécifiques continuent à être perçus comme des obstacles et reflètent un manque de confiance généralisé entre les différents opérateurs du marché. Ainsi, les délais de paiement sont une cause de mortalité importante pour les entreprises Marocaines généralement fragiles et sous-capitalisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like