La poursuite des stimulus budgétaire et monétaire, conjuguée au lancement des campagnes de vaccination, quoiqu’à un rythme différencié d’un pays à l’autre, a contribué à amortir les
conséquences de la crise sanitaire vers la fin de 2020. En effet, les données relatives au quatrième trimestre 2020 font état d’une atténuation de la contraction du PIB aux Etats-Unis à -2,4% en glissement annuel, contre -2,8% un trimestre auparavant, reflétant essentiellement une amélioration de l’investissement et des exportations. De même, la baisse du PIB s’est atténuée de -8,7% à -7,8% au Royaume-Uni et de -5,8% à -1,3% au Japon. En revanche, dans la zone euro, le recul s’est aggravé de – 4,2% à -4,9%, reflétant principalement des accentuations à -4,9% en France, à -6,6% en Italie et à -8,9% en Espagne. Dans les principaux pays émergents, la Chine continue de se distinguer comme la seule parmi les grandes économies à enregistrer une croissance positive. Son PIB s’est accru de 6,5% après 4,9% un trimestre auparavant. Par ailleurs, la croissance s’est établie à 1% en Inde, à -1,1% au Brésil et à -1,8% en
Russie.

You May Also Like