Examen des écosystèmes d’accès qui émergent dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire au moment où les possibilités d’acquérir une éducation supérieure augmentent, mais où le financement consacré au matériel éducatif diminue.

Au moment où les systèmes d’éducation supérieure prennent de l’expansion dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire, les gouvernements de ces pays abandonnent leurs responsabilités connexes en matière de financement et de gestion. Dans ces contextes, il est rare que le gouvernement fournisse du matériel éducatif. Dans la plupart des cas, les bibliothèques, les professeurs et les étudiants doivent se procurer eux-mêmes ce dont ils ont besoin. Shadow Libraries explore le nouvel écosystème d’accès, définit le cheminement du matériel éducatif et de recherche des auteurs aux bibliothèques et aux étudiants, en passant par les éditeurs, et compare la situation qui prévaut dans les universités riches et dans les plus pauvres. Dans de nombreux pays comme la Russie ou le Brésil, la faiblesse des anciens modèles d’accès a été compensée par la croissance de structures informelles. À la fin des années 2000, la principale façon d’accéder au matériel éducatif consistait à en faire des copies ou à se l’échanger de manière informelle. Depuis ce temps, des archives non autorisées telles que Libgen, Gigapedia et Sci-Hub sont devenues des bibliothèques parallèles contenant d’énormes ensembles de documents universitaires téléchargeables.

In 2009, a Russian neuroscience student named Aleksandra Elbakyan started a master’s
thesis on biometric scanning at Kazakhstan University. Like many students and academics outside U.S. and European universities, Elbakyan had little access to research
on her topic: her university didn’t subscribe to the international databases that contain
most of the world’s scientific articles. Like many scholars in similar positions, she relied
on material shared by colleagues based at or visiting universities that do provide access.
Finding articles under such circumstances was haphazard and slow. For the most part,
Elbakyan obtained them through personal contacts or professional networks that tried
to match individual requests for articles with copies.

You May Also Like