Les ministres des Finances du G7 se sont entendus la semaine passée pour refondre les règles de la fiscalité internationale. Tandis que les grandes multinationales, GAFAM en tête, rivalisent
d’ingéniosité pour placer leurs bénéfices dans des États où l’impôt n’existe pas ou peu, les grandes économies s’accordent sur l’idée d’un taux d’imposition minimal sur les sociétés de 15 %, ainsi que sur la possibilité pour les administrations de se répartir 20 % des bénéfices mondiaux des plus grandes sociétés quand la marge dépasse 10 %.

You May Also Like