Que se passe-t-il ? En neuf mois, deux coups d’Etat ont plongé le Mali dans
l’instabilité tandis que la violence persiste dans l’intérieur du pays. Ni les acteurs
maliens ni les partenaires internationaux n’ont profité de la transition ouverte
par la chute du président Keïta pour remettre le pays sur de bons rails.
En quoi est-ce significatif ? Le second coup d’Etat du 24 mai 2021 a conforté
la mainmise des militaires sur le pouvoir et marqué le début d’une période qui
nourrit plus de craintes que d’espoirs. La nouvelle coalition au pouvoir apparait
fragile et peu en mesure de mener à bien des réformes pourtant nécessaires.
Comment agir ? Les dirigeants maliens doivent sauver ce qui peut l’être du
projet de transition, notamment en menant une réforme du système électoral
qui permettra la tenue d’élections proposant aux citoyens de réelles alternatives.
L’incertitude actuelle ne devrait pas empêcher les partenaires étrangers d’oeuvrer
sur le long terme, afin d’aider l’Etat malien à se reconstruire.

You May Also Like