La très forte augmentation actuelle des dettes publiques laisse craindre le retour d’une
crise des dettes souveraines. Pourtant, une telle évolution n’a rien d’inéluctable. Au Japon,
si l’endettement public avoisine 250 % du PIB, les taux d’intérêt sur la dette sont proches
de 0 %.
Ce qui compte pour juger de la soutenabilité de la dette, c’est moins son niveau en
pourcentage du PIB, que l’écart entre le taux d’intérêt et le taux de croissance de
l’économie : si le taux d’intérêt est inférieur au taux de croissance, la dette publique
n’explose pas et peut être stabilisée, ce qui explique que la dette japonaise reste
soutenable malgré son niveau record.

You May Also Like